Assurance santé : les nouvelles attentes des expatriés

La population expatriée progresse fortement en nombre (+ 3 à 4% par an) et évolue également dans sa composition.
De plus en plus féminisée, jeune et diversifiée, elle exprime logiquement de nouveaux besoins en matière d'assurance santé.

Une population expatriée en pleine mutation

Composée à 48% d’hommes, la communauté expatriée française se féminise régulièrement et voit augmenter parallèlement la part des plus jeunes. Si bien qu’aujourd’hui, la répartition par âge est assez harmonieuse (seuls les Seniors sont sous-représentés).

Par ailleurs, l’échelle des rémunérations tend à s’élargir, l’expatriation n’est plus systématiquement synonyme d’aisance matérielle : 25% des expatriés français perçoivent en effet un salaire annuel inférieur à 30 000 €. Avec seulement 40% de conjoint(e)s exerçant une activité professionnelle, la population expatriée présente une singularité forte. Il en découle une influence majeure des femmes dans la gestion de la santé familiale mais aussi malheureusement parfois, une exposition plus forte des conjointes à un certain isolement.

Dans l’ensemble, les expatriés restent très attachés à une logique française de protection sociale caractérisée par une prise en charge « confortable » des dépenses médicales : absence de franchises, plafonds de remboursements élevés, remboursements sur la base des frais réels, prise en charge de l’hospitalisation sans avance de frais de l’assuré, couverture sans faille des soins dentaires, optiques et de la maternité.

Enfin, du fait de l’éloignement, les expatriés attachent une importance toute particulière à la qualité de la gestion de leurs remboursements de frais médicaux, notamment via un accueil téléphonique personnalisé, professionnel et rapide du fait des coûts de communication. Ils attendent également des délais de gestion maîtrisés.

De nouvelles tendances de consommation santé

Ces évolutions de la population expatriée impliquent de nouvelles exigences. La multiplication des profils entraîne une demande forte de personnalisation des contrats d'assurance santé des expatriés , devant répondre simultanément aux besoins professionnels et personnels de l’assuré. Les « consommateurs entrepreneurs » réclament des garanties actuelles, clairement rédigées, indépendantes entre elles afin de composer la meilleure réponse à leur situation personnelle.

Ainsi, les expatriés les plus aisés recherchent - au-delà de la médecine curative traditionnelle - une médecine « de bien-être » leur permettant à la fois de prévenir la maladie, d’améliorer la qualité de vie mais aussi de choisir le type de médecine leur convenant le mieux. La couverture des médecines douces, les actes de prévention (comme les bilans de santé ou les recherches de pathologies par exemple), les actes médicaux « de confort » (comme le traitement de la myopie au laser, les cures thermales ou la thalassothérapie…) sont ainsi plébiscités.

En parallèle, on assiste à un développement préoccupant des pathologies liées au stress, accentuées par la situation d’expatriation. Pour faire face à ces difficultés passagères ou récurrentes de la vie à l’étranger, les expatriés sont en attente d’aide concrète et d’accompagnement (via des prestations de soutien psychologique par exemple).

Enfin, d’autres profils d’expatriés n’attendent qu’une couverture minimale, se cantonnant à la prise en charge au plus juste prix des « coups durs » de l’existence.

Date de publication : 10 mai 2012

Autres articles sur le sujet

Quelle différence entre le privé et le public en matière de santé à Singapour ?
Comment choisir son médecin et son dentiste à Singapour
Le coût de la santé à Singapour
Pourquoi souscrire une assurance santé expatrié à Singapour
L’assurance santé à Dubaï en cas d'expatriation
Infographie : le coût moyen des consultations médicales dans 10 pays
La santé à Singapour
MyHEALTH : la nouvelle assurance sante des expatries à Singapour
Quels sont les pays avec les meilleurs systèmes de santé ?
Psychologie et expatriation : les enjeux pour l'expatrié et sa famille
Santé à l’étranger : une affaire de femmes ?
Santé à l'étranger : quelles problématiques spécifiques ?