L’expatriation : atout et défi pour l’enfant

Découverte, enrichissement culturel, ouverture à l’autre : pour un enfant, une expérience d’expatriation comporte d’indéniables atouts. Quitter un univers familier pour s’installer à l’étranger n’est pas pour autant un événement anodin dans la vie d’un enfant. D’après le dernier rapport de l’Observatoire de l’expatriation, 52% des expatriés en instance estimaient que le processus d’adaptation d’un enfant constituait un défi facile à relever. Comment aider son enfant à trouver de nouveaux repères à l’étranger ? Jonglant entre plusieurs cultures, comment l’enfant expatrié parvient-il à définir son identité ?

Impliquer l’enfant dans le projet d’expatriation

Qu’il s’agisse d’une première expatriation ou d’un nouveau départ vers un énième pays d’accueil, il est nécessaire d’exposer clairement votre projet aux enfants. Selon l’âge et la personnalité d’un enfant, l’annonce du départ ne provoquera par les mêmes réactions. À trois ans, il sera par exemple susceptible de s’inquiéter du devenir de ses effets personne tandis qu’un adolescent pourra s’avérer réticent à quitter son cercle d’amis. Pour rassurer l’enfant, l’amener à adhérer au projet et ainsi faciliter sa future intégration à l’étranger, il faut l’inviter à participer aux préparatifs. L’expatriation doit être perçue et vécue comme une aventure familiale. Il existe d’innombrables manières d’impliquer un enfant afin de le préparer à sa nouvelle vie :

  • le faire participer à l’organisation du déménagement en lui donnant par exemple quelques cartons à remplir avec ses affaires ou à « marquer »,
  • lui demander de vous assister dans l’accomplissement des différentes formalités et démarches administratives : choix de l’établissement scolaire à l’étranger et inscriptions, demandes de passeports ou de visas, recherche du nouveau logement, choix de l’assurance pour expatrié
  • l’inscrire à des cours de langue,
  • le faire découvrir le pays d’expatriation en consultant avec lui cartes, guides et forums de discussion, en lui proposant d’effectuer une sélection des premiers lieux à visiter,
  • choisir avec lui des activités extrascolaires qui pourront être débutées une fois arrivé,
  • échanger régulièrement avec lui concernant votre future vie à l’étranger…

Plus l’enfant sait à quoi s’attendre et est impliqué dans le projet d’expatriation, plus il y a des chances que la transition s’effectue en douceur.

Intégration : prévenir les difficultés

Quitter ses repères pour ensuite en reconstruire ailleurs nécessite de réelles capacités d’adaptation. Si les enfants expatriés parviennent souvent à s’acclimater à leur nouvel environnement avec une rapidité surprenante, il est indispensable de les accompagner dans leur processus d’intégration. Selon le pays, la difficulté est plus ou moins grande. À titre d’exemple, d’après l’enquête HSBC Expat Explorer Survey 2014, la Nouvelle-Zélande figure en première position du classement des pays où il fait bon élever des enfants tandis que la Suisse est dixième du classement.

Plusieurs démarches permettent d’aider l’enfant à bien s’intégrer dans son pays d’expatriation

Faciliter la socialisation de l’enfant.

Il n’y a pas que l’école pour se faire des amis ! Les activités extrascolaires ainsi que les rencontres avec d’autres familles expatriées sont d’excellentes occasions pour constituer un nouveau cercle d’amis.

Bâtir de nouveaux repères mais… conserver certaines habitudes.

Tous les mercredis, vous aviez l’habitude de vous installer autour du même jeu de société avec vos enfants ? Une fois par semaine, vous vous rendiez ensemble à la piscine ? Si cela est possible, continuez ! L’expatriation ne nécessite pas une modification totale de certaines routines ou traditions familiales, rassurantes pour l’enfant.

Apprentissage de la langue : faut-il un coup de pouce ?

Les plus jeunes enfants parviennent fréquemment à apprendre une langue sur le tas très rapidement. Pour un adolescent, l’apprentissage s’avère généralement plus long et le recours aux cours de langue parfois indispensable.

L’enfant expatrié : déraciné ou cosmopolite ?

Pour les enfants qui évoluent dans un contexte d’expatriation de longue durée ou qui connaissent des expatriations à répétition, la question de l’identité surgit inévitablement.

Chez nous, c’est où ?

Être français mais passer une grande partie de son enfance au Mexique ou être espagnol et avoir déjà vécu dans trois pays différents avant même d’avoir atteint l’âge de dix ans… Pour l’enfant expatrié, sans cesse confronté à l’altérité, le va-et-vient entre culture d’origine et culture(s) d’adoption s’apparente à une sorte de jeu d’équilibriste. Il peut s’avérer difficile d’éprouver un quelconque sentiment d’appartenance, de définir clairement ses origines. L’enfant tend alors à se constituer une forme de culture d’expatriation, prenant un peu de chaque culture sans pour autant s’identifier réellement à l’une ou à l’autre. On parle alors d’enfant « de la troisième culture ». Pour l’enfant qui se définit comme nomade, « de partout », l’existence d’un sentiment d’appartenance sera davantage liée au vécu qu’aux frontières : il se sent naturellement proche de ceux qui ont une expérience similaire à la sienne.

Quand je serais grand, je serai expatrié ?

Le rapport de l’Observatoire de l’expatriation précise que 22% des expatriés interrogés étaient eux-mêmes issus d’une famille ayant vécu à l’étranger. 19% étaient issus d’une famille multiculturelle. La probabilité pour l’enfant expatrié d’opter pour une vie de nomade (qu’elle soit temporaire ou définitive) une fois adulte est élevée. Mais si pour certains une vie sédentaire paraîtra fade et sera associée à l’ennui, d’autres rechercheront plus de stabilité. Dans tous les cas, l’empreinte laissée par l’expérience de l’expatriation n’est jamais négligeable : l’adaptabilité et l’ouverture d’esprit sont deux qualités susceptibles d’accompagner les enfants expatriés tout au long de leur vie.

Pour en savoir plus sur les enfants expatriés :

Découvrez le site des enfants francophones à l’étranger.

Date de publication : 28 sep 2015

Autres articles sur le sujet

Acheter un bien immobilier en France depuis l'étranger : comment éviter le casse-tête ?
Les nouveaux outils pour travailler à distance
Ces 5 produits qui manquent tant aux Français de l’étranger
Bon plan : vos colis réexpédiés à moindre coût partout dans le monde par Easy-Delivery !
Choisir de sous-louer son logement pendant son séjour à l'étranger : attention aux formalités
Louer son bien immobilier pendant l’expatriation
Quelle carrière pour les conjoints d’expatriés ?
Se marier à l’étranger : mode d’emploi
S’installer à l’étranger : l’inscription auprès du consulat
5 conseils pour bien s’intégrer dans son pays d’expatriation