Le wwoofing : voyager autrement

Wwoofing, wwoofer, wwoof… Il ne s’agit ni d’une nouvelle langue, ni d’une nouvelle conjugaison. Le wwoofing est un mouvement a qui débuté en Angleterre en 1971 et qui, dès lors, s’est progressivement développé dans le monde entier. Le concept ? L’échange de services ! Un hôte, qui pratique l’agriculture biologique offre hébergement et repas à un wwoofer qui lui va contribuer à la vie de la ferme en effectuant quotidiennement quelques heures de travail agricole. Le WWOOF ou World Wide Oportunities on Organic Farms est aujourd’hui un réseau international. Devenir wwoofer permet de voyager à moindre coût, de vivre à l’étranger en immersion chez l’habitant et de bénéficier d’une expérience placée sous le signe de l’écologie.

Le principe du wwoofing

Le wwoofing est avant tout un échange culturel ainsi qu’un partage de savoir-faire. Le wwoofer n’est pas un employé : il n’existe aucun lien de subordination entre le wwoofer et son hôte. Pour que l’échange fonctionne, c’est sur la bonne volonté de chacun qu’il faut compter.

Tout travail mérite... gîte et couvert !

Le wwoofer est un volontaire qui s’engage à aider l’hôte qui l’accueillera : horaires et jours de repos sont à définir au préalable mais en moyenne, il s’agit de travailler entre cinq et six heures par jour. Cueillir des pommes, couper du bois, nourrir les animaux, jardiner, rénover une ferme, participer à la fabrication de fromages : les tâches à réaliser sont très variables et dépendent en partie des spécificités de l’activité de votre hôte. Une expérience de woofing chez un particulier n’a souvent rien à voir avec celle que vous pourriez avoir si vous vous rendez sur une véritable exploitation. Une constante, cependant : le wwoofer partage le quotidien de son hôte, qui le loge, le nourrit et lui transmet connaissances et techniques.

Une expérience ouverte à tous

Nul besoin d’un cv pour wwoofer ! Peu importe votre âge (il convient tout de même d’être majeur dans la majorité des cas), votre nationalité et votre connaissance de l’agriculture biologique, ce qui importe c’est plutôt d’adhérer à l’esprit du wwoofing : s’intéresser à son hôte et à son activité, être sensible aux problématiques liées à l’écologie, faire preuve d’ouverture d’esprit… De nombreux jeunes munis d’un Visa Vacances-Travail choisissent d’allier vacances et wwoofing. À l’occasion d’un tour du monde, certains globe-trotters passent quelques semaines chez plusieurs hôtes dans différents pays… Wwoofer devient alors une manière alternative de sillonner le monde.

Wwoofer aux quatre coins du monde

Tous les continents et près de cent pays sont accessibles aux candidats au wwoofing. À travers le monde, il existe plus de 50 associations WWOOF nationales qui mettent en relation hôtes et wwoofers. Certains pays ne disposent pas d’association et sont donc regroupés au sein d’une liste de WWOOF Independents. Le nombre d’hôtes est très variable d’un pays à un autre.

Sur le vieux continent…

En Europe, où le wwoofing est très développé, le choix est vaste. Au Royaume-Uni, plus de 600 hôtes sont susceptibles d’accueillir des wwoofers. En France, 950 hôtes ont déjà rejoint le mouvement. De nombreuses autres destinations européennes sont également accessibles : vous pourriez passer quinze jours sur une exploitation en Norvège (134 hôtes) ou trois semaines dans une ferme en Estonie (50 hôtes)…

… et ailleurs

Hors Europe, le wwoofing est très bien implanté dans les pays qui attirent le plus de PVTistes : près de 900 hôtes sont présents au Canada et les réseaux néo-zélandais (plus de 1 000 hôtes) et australiens (plus de 2 600 hôtes) sont particulièrement développés. Et pour sortir des sentiers battus, les possibilités ne manquent pas : un ranch perdu au beau milieu de la Patagonie, une ferme de thé en Chine, une rizière à Chiba au Japon, une exploitation agricole en Afrique du Sud…

Wwoofez !

Que vous souhaitiez vivre une première expérience de wwoofing ou faire le tour du monde en wwoofant, la procédure, toujours la même, est assez simple. Mais le wwoofing, c’est un peu une loterie : afin d’éviter certaines déconvenues, l’aventure doit être un minimum préparée.

Devenir wwoofer

Pour se lancer dans le wwoofing, deux étapes à respecter :

  1. Adhérer à l’association WWOOF du pays que vous souhaitez découvrir. L’adhésion est valable un an et son prix est généralement raisonnable (25 à 35 EUR en France, 20 à 25 GBP pour le Royaume-Uni, 60 CAD pour le Canada…).
  1. Sélectionner et contacter vos hôtes. Suite à votre adhésion, vous aurez reçu la liste détaillée des hôtes susceptibles de vous recevoir. Il est indispensable de dialoguer avec vos hôtes au préalable afin de vous présenter et de connaître l’organisation de vos journées et de votre séjour en général. N’arrivez pas incognito, instaurez par mail et/ou par téléphone un climat de confiance.

Le wwoofer averti ne part pas sans…

  • Une assurance santé pour l’étranger pour couvrir ses frais de santé et le cas échéant, pour la prise en charge d’un rapatriement à l’étranger,
  • Le visa adéquat, s’il est requis (dans de nombreux cas, le wwoofer est muni d’un visa touristique ou d’un Visa Vacances-Travail),
  • Son livret WWOOF ou son numéro d’adhérent,
  • Des vêtements et des chaussures adaptées au travail agricole et au climat du pays de destination,
  • Un esprit tolérant et des facultés d’adaptation.

Pour en savoir plus sur le wwoofing :

Découvrez le réseau d’hôtes français sur le site WWOOF France.

Découvrez le réseau international et choisissez votre destination sur le site WWOOF international.

Date de publication : 28 jui 2015

Autres articles sur le sujet

Le PVT au Canada de Jordan & Camille : l'heure du départ à sonné !
Programme Vacances-Travail (PVT) à Taïwan
Programme Vacances-Travail (PVT) au Mexique
Programme Vacances-Travail (PVT) en Argentine
Programme Vacances-Travail (PVT) au Chili
Programme Vacances-Travail (PVT) au Canada
PVT en Nouvelle-Zélande : portrait de Ludivine et Charly
Programme Vacances-Travail (PVT) à Singapour
Programme Vacances-Travail (PVT) en Corée du Sud
Programme Vacances-Travail (PVT) au Japon
Programme Vacances-Travail (PVT) en Nouvelle-Zélande
Le fruit picking en Australie
Programme Vacances-Travail (PVT) en Australie
Portrait de Laurie et Marion, en PVT en Australie
Portrait d’Adrien et Julia, en PVT au Canada
Stage au Canada : la catégorie Stage coop international
Travailler au Canada : la catégorie Jeunes Professionnels
Programme Vacances-Travail (PVT) au Brésil
Présentation de Clélia, en PVT en Nouvelle-Zélande
Présentation de Marine et Céline, en PVT en Australie
PVT en Australie : présentation de Swaroop
Présentation de Vanessa et Joanna, en PVT au Canada
Programme Vacances-Travail (PVT) à Hong Kong
Présentation de l’équipe de "Ma Première Fois En Australie"
Programme Vacances-Travail en Argentine : présentation de Grégory
Présentation de Luc et Erwan (WHV Australie)
Voyager en Australie avec un WHV
Présentation de Julia et Adrien (WHV Australie et Nouvelle Zélande)
Présentation de Sophie et Vincent (PVT Japon)
Working Holiday Visa en Australie : photos et vidéos
Préparatifs au WHV en Australie