Les établissements scolaires français à l’étranger en 4 questions

lycées français

Cette année, votre petit dernier fera sa rentrée en sixième à Hong Kong ? Vous vous installez bientôt à Chicago et vous vous demandez où scolariser vos enfants de 6 et 9 ans ? Si vous souhaitez avant tout que l’expatriation ne vienne pas perturber la scolarité de vos enfants, l’inscription dans l’un des 494 établissements français à l’étranger peut être une solution adaptée. Répartis dans 135 pays, ce réseau d’établissements piloté par l’AEFE (Agence pour l’enseignement du français à l’étranger) accueille environ 330 élèves, de la maternelle au lycée.

Pourquoi opter pour un établissement français à l’étranger ?

Pour scolariser ses enfants à l’étranger, choisir un établissement d’enseignement français n’est bien entendu pas une obligation. Toutefois, il s’agit d’un bon moyen de vous assurer que vos enfants bénéficieront une scolarité similaire à celle qu’ils auraient reçue s’ils étaient restés en France. Ils sont ainsi amenés à passer le Brevet des collèges ainsi que le Baccalauréat. Vous partez 2 ans à Séoul puis vous bouclerez à nouveau vos valises pour vous installer dans un autre pays ? Vous désirez faciliter le retour d’expatriation ? En optant pour des établissements français, la scolarité de votre progéniture sera homogène, malgré l’expatriation.

Autre atout des établissements français à l’étranger : le brassage culturel. Loin de n’accueillir que des élèves Français, ils ouvrent également leurs portes à des enfants de différentes nationalités. En effet, 60 % des élèves ne sont pas Français.

Comment fonctionne le réseau d’enseignement français à l’étranger ?

Les établissements scolaires français (écoles primaires, collèges, lycées) établis hors de l’Hexagone doivent respecter les programmes applicables en France et préparer aux examens et diplômes français. Ils sont ainsi homologués par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il existe 3 types d’établissements :

  • les établissements gérés par l’AEFE,
  • les établissements qui ont signé une convention avec l’AEFE (gérés par des associations de droit privé français ou étranger),
  • les établissements qui ont conclu un partenariat avec l’AEFE (gérés par des associations de droit privé français ou étranger).

À combien s’élèvent les frais d’inscription dans un établissement français à l’étranger ?

La scolarisation dans un établissement français à l’étranger à un coût, qui a d’ailleurs tendance à augmenter chaque année. Par exemple, entre 2007 et 2012, les frais de scolarité ont en effet bondi de 45 % en moyenne. Il existe par ailleurs des écarts très importants selon les pays et les établissements. Ainsi, à Londres, vous pourriez être amené à débourser plus de 1 000 € par an pour scolariser votre jeune collégien, alors qu’à Nairobi, l’inscription vous coûterait un peu plus de 5 000 €.

Attention, dans certaines villes du monde, les frais de scolarité s’envolent : à San Francisco, une année de collège s’élève à plus de 19 500 €. Viennent ensuite souvent s’ajouter divers frais additionnels : frais de première inscription, manuels scolaires, frais d’examens…

Existe-t-il des aides financières ?

1 élève français à l’étranger sur 5 inscrit dans un établissement français à l’étranger bénéficie d’une bourse scolaire versée par l’AEFE, sous conditions de ressources. Pour prétendre à une bourse, votre enfant doit :

  • être Français,
  • résider à l’étranger avec au moins l’un de ses parents,
  • être inscrit au registre mondial des Français établis hors de France,
  • être inscrit dans un établissement homologué par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche,
  • être âgé d’au moins 3 ans.

Notez qu’une demande de bourse n’est valable que pour l’année en cours. Chaque année, vous devrez donc effectuer une nouvelle demande.

Pour en savoir plus les établissements scolaires français à l’étranger :

Rendez-vous sur le site de l’AEFE.

Date de publication : 6 jui 2015

Autres articles sur le sujet

Mobilité internationale : comment bien négocier son départ ?
Travail à l’étranger : quelles incidences sur votre retraite ?
Fiscalité : quels points de vigilance en cas d'expatriation ?
Expatriés : quelles assurances résilier avant votre départ ?
Seniors expatriés : comment toucher votre retraite à l’étranger ?
Transporter ses effets personnels à l'étranger : comment faire ?
Impôts payés à l’étranger : comment obtenir un remboursement de taxes ?
Retraite à l’étranger : les meilleures destinations
Décrocher la résidence permanente au Canada via Entrée express
Suivre son conjoint à l’étranger : la démission légitime
Scolarité des enfants à l’étranger
Le recours à une agence de relocation vu par un expat à Londres
Longs voyages : 3 façons de quitter son job sans démissionner
Résidence permanente en Australie : comment l’obtenir ?
Stocker ses biens pendant son séjour à l’étranger : mode d’emploi
Entreposer ses affaires : le stockage mobile vu par un expat
Les services de relocation en 4 questions
5 conseils pour ouvrir un compte bancaire à l’étranger
S’établir au Québec grâce au Programme de l’Expérience Québécoise (PEQ)
3 façons de décrocher une carte verte américaine
10 idées de jobs pour les globe-trotters
Travailler au Canada : décrochez votre permis de travail !
Faire légaliser des documents
Classement des villes les plus chères pour les expatriés
Expatriation : choisir un pays où il fait bon vivre
Expatriés français : quelles destinations, quels profils ?
La fiscalité des expatriés
Check list de l'expatriation
Bien préparer son déménagement à l'international