Longs voyages : 3 façons de quitter son job sans démissionner

Quitter son emploi

Vous avez un emploi stable et pourtant vous ne rêvez que d'une chose : larguer les amarres et faire un long voyage ! Triste constat : pour entreprendre votre tour du monde, parcourir l’Asie à vélo ou encore partir en PVT en Australie, vos congés payés ne suffisent pas. Difficile toutefois de parvenir à se libérer longuement de ses responsabilités professionnelles sans pour autant prendre de trop grands risques. Découvrez 3 solutions pour quitter votre job sans passer par la démission !

Demander un congé sabbatique

Vous disposez d’une certaine ancienneté au sein de votre entreprise ? Vous pourriez avoir la possibilité de bénéficier d’un congé sabbatique (notez que dans la fonction publique, on parlera plutôt de mise en disponibilité et que les conditions et modalités diffèrent).

C’est quoi ?

Le congé sabbatique est réservé aux salariés qui peuvent justifier de 36 mois d’ancienneté dans l’entreprise ainsi que de 6 ans d’expérience professionnelle. Ce type de congé, qui implique une suspension du contrat de travail, ne peut être accordé que pour une durée comprise entre 6 et 11 mois. L’avantage ? Lors de votre retour en France, vous retrouvez votre poste ou un poste similaire. Quant à votre rémunération, elle ne pourra pas être revue à baisse.

Comment l’obtenir ?

1. Au moins 3 mois avant la date de départ souhaitée, adressez une lettre recommandée avec accusé de réception à votre employeur. Vous pouvez aussi lui remettre votre demande en main propre contre décharge.

2. L’employeur est tenu de répondre à votre demande par lettre recommandée avec accusé de réception dans un délai de 30 jours. Au-delà de ce délai, votre demande sera considérée comme acceptée. Votre employeur pourra prendre différentes décisions :

  • vous accorder votre congé sabbatique à la date souhaitée,
  • vous demander de reporter votre départ de 6 ou même de 9 mois (dans le cas où l’entreprise compte moins de 200 salariés) sans avoir à se justifier,
  • refuser votre demande, si l’entreprise emploie moins de 200 personnes et que votre absence est jugée préjudiciable à sa bonne marche.

 

Négocier une rupture conventionnelle

Vous êtes en CDI et en bon termes avec votre employeur ? Vous pourriez mettre fin à votre contrat de travail grâce à une procédure de rupture conventionnelle.

C’est quoi ?

La rupture conventionnelle permet à un salarié en CDI ainsi qu’à son employeur de rompre le contrat de travail qui les lie, d’un commun accord. Cette procédure s’avère plus avantageuse qu’une démission dans la mesure où elle donne lieu au versement d’une indemnité et ouvre le droit aux allocations chômage.

Comment l’obtenir ?

1. Vous convenez d’un ou de plusieurs entretiens avec votre employeur afin de lui faire part de votre souhait de bénéficier d’une rupture conventionnelle et discuter des modalités. Vous avez la possibilité de vous rendre aux entretiens accompagné d’une personne de votre choix, également salariée de l’entreprise.

2. Vous signez avec votre employeur une convention de rupture conventionnelle qui devra préciser la date de rupture du contrat de travail ainsi que le montant de l’indemnité que vous percevrez.

3. Vous et votre employeur disposez d’un délai de rétractation de 15 jours. La convention est ensuite adressée à la Direccte (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi) afin d’être homologuée.

 

Prendre un congé sans solde

Vous n’avez que peu d’ancienneté au sein de votre entreprise et/ou êtes entré récemment dans le monde du travail ? Pensez au congé sans solde !

C’est quoi ?

Il n’existe pas de véritable règlementation relative au congé sans solde : l’employeur est libre de vous l’accorder ou non. Durant ce congé, le contrat de travail est suspendu et le salarié n’est pas rémunéré. L’intérêt de cette solution ? Pouvoir retrouver votre poste à l’issue de votre voyage.

Comment l’obtenir ?

Pour bénéficier d’un congé sans solde, il suffit d’obtenir l’accord de votre employeur. S’il n’y a pas de formalisme particulier à respecter, il est préférable, en cas d’acceptation, de signer un accord écrit précisant les modalités du congé.

 

Pour en savoir plus sur les solutions qui permettent de quitter son emploi sans démissionner :

Rendez-vous sur le site du Ministère du travail et de l’emploi ou sur service-public.fr.

Date de publication : 22 mai 2015

Autres articles sur le sujet

Mobilité internationale : comment bien négocier son départ ?
Travail à l’étranger : quelles incidences sur votre retraite ?
Fiscalité : quels points de vigilance en cas d'expatriation ?
Expatriés : quelles assurances résilier avant votre départ ?
Seniors expatriés : comment toucher votre retraite à l’étranger ?
Transporter ses effets personnels à l'étranger : comment faire ?
Impôts payés à l’étranger : comment obtenir un remboursement de taxes ?
Retraite à l’étranger : les meilleures destinations
Décrocher la résidence permanente au Canada via Entrée express
Suivre son conjoint à l’étranger : la démission légitime
Scolarité des enfants à l’étranger
Le recours à une agence de relocation vu par un expat à Londres
Les établissements scolaires français à l’étranger en 4 questions
Résidence permanente en Australie : comment l’obtenir ?
Stocker ses biens pendant son séjour à l’étranger : mode d’emploi
Entreposer ses affaires : le stockage mobile vu par un expat
Les services de relocation en 4 questions
5 conseils pour ouvrir un compte bancaire à l’étranger
S’établir au Québec grâce au Programme de l’Expérience Québécoise (PEQ)
3 façons de décrocher une carte verte américaine
10 idées de jobs pour les globe-trotters
Travailler au Canada : décrochez votre permis de travail !
Faire légaliser des documents
Classement des villes les plus chères pour les expatriés
Expatriation : choisir un pays où il fait bon vivre
Expatriés français : quelles destinations, quels profils ?
La fiscalité des expatriés
Check list de l'expatriation
Bien préparer son déménagement à l'international