Tour du monde : témoignage à mi-parcours

globe trotters

Depuis plusieurs mois, Yannick et Amandine, deux jeunes Français avides de découvertes, parcourent le globe. Au total, ils ont décidé d’explorer 4 continents. À mi-parcours, ils font le point sur leur tour du monde.

 

Voilà déjà quelques mois que vous avez débuté votre tour du monde… Quelles sont vos premières impressions ?

Nos premières impressions sont extrêmement positives et ce pour différentes raisons. D’abord parce que toutes nos journées sont rythmées par la découverte de nouveau paysages, de coutumes et cultures différentes ainsi que de mets tout aussi délicieux les uns que les autres. Toutes les personnes que nous avons eu la chance de croiser aux États-Unis, aux Fidji, en Nouvelle-Zélande, à Tokyo et au Vietnam ont rendu la découverte de ces pays encore plus merveilleuse. Ensuite, nous sommes animés par une certaine sensation de liberté et apprécions énormément le fait de vagabonder d’un endroit à un autre sans aucune contrainte.

Comment avez-vous construit votre itinéraire ?

La construction de notre itinéraire s’est faite en prenant en considération plusieurs impératifs. Notre premier impératif était de séjourner quelques mois en Angleterre afin d’améliorer notre niveau d’anglais. Ensuite, nous voulions absolument réaliser le rêve du road trip sur la côte ouest des États-Unis. Notre troisième critère dans la construction de notre itinéraire était de finir notre voyage par le continent asiatique. Les destinations de la Nouvelle-Zélande et des Fidji se sont donc ajoutées à notre parcours en raison de leur localisation, précisément entre les continents américain et asiatique.

Nous avons fait le choix de terminer notre parcours par la découverte du Japon, du Vietnam, de la Thaïlande, de Hong Kong, de Singapour, de la Chine ainsi que des Philippines pour deux raisons. Premièrement, car ce sont des pays financièrement plus adaptés à nos ressources. Deuxièmement, car nous aspirons à travailler en relation avec la Chine. En effet, après avoir occupé un poste d’ingénieur en Chine pour une durée de 4 mois, Yannick est désireux d’obtenir une nouvelle expérience professionnelle dans ce pays.

D’un point de vue plus technique, nous avons fait appel aux services d’un organisme qui propose des billets tour du monde dont les tarifs varient en fonction des destinations choisies ainsi que des miles séparant chaque destination. En d’autres termes, plus les destinations choisies sont éloignées les unes des autres, plus le prix des billets s’envole.

La ville que vous préférez (pour le moment) ?

Après avoir visité plusieurs grandes villes telles que San Francisco, Los Angeles, Auckland… notre coup de cœur reste l’extraordinaire ville de Tokyo. Qui ne succomberait pas aux nombreux charmes de la capitale du pays du Soleil-Levant ? En plus d’être à la pointe de la technologie elle abrite un peuple dont la mentalité, l’humilité et le savoir-vivre nous ont permis de nous sentir à l’aise dans une ville comptant plus de 13 millions d’habitants. À tout cela s’ajoute une diversité culinaire qui a su séduire nos papilles difficiles.


À Tokyo

Quelles solutions privilégiez-vous pour financer votre tour du monde ?

Nous avons privilégié plusieurs solutions de financement. La première solution a bien entendu été de mettre de l’argent de côté plusieurs mois avant notre départ. Une autre solution consiste à trouver des « sponsors ». L’idée d’un voyage autour du monde sponsorisé en fait rêver plus d’un et commence à se développer mais la tâche s’avère plus difficile qu’elle n’y paraît. En ce qui nous concerne, nous avons trouvé des sponsors nous permettant, si vous nous passez l’expression, « de mettre du beurre dans les épinards ». C’est une excellente option mais pour que cela fonctionne réellement encore faut-il s’y prendre longtemps à l’avance afin d’être en mesure de présenter un projet solide.

Vient ensuite le sacro-saint soutien des parents, qui, on doit l’avouer sont bien généreux et sont nos premiers investisseurs !

Enfin, une solution doublement enrichissante est de trouver un emploi dans les pays où l’on séjourne suffisamment de temps. C’est ce que Yannick a eu l’occasion de faire en Angleterre où il a travaillé en tant que vendeur pendant 3 mois. C’est l’occasion de gagner suffisamment d’argent pour subvenir à ses besoins quotidiens, mais également d’être totalement immergé au sein du pays, de se tisser un réseau social, de progresser en anglais, d’être imprégné des coutumes locales… Cette solution, de par ses nombreux avantages, semble de loin la meilleure. Yannick souhaiterait d’ailleurs renouveler l’expérience en Australie.

Vos projets à l’issue de l’aventure ?

Pour Amandine, le voyage s’arrête malheureusement plus tôt que pour Yannick, qui lui a la chance de continuer l’aventure jusqu’en mars 2016. Elle doit rentrer afin de faire son retour dans la vie réelle : elle débutera un stage dans un cabinet d’avocats à Paris pour ensuite entrer à l’école des avocats de Paris. L’expérience de l’étranger fût extrêmement bénéfique et enrichissante, c’est pourquoi elle souhaiterait avoir l’opportunité de travailler à l’international. Yannick souhaite quant à lui se lancer dans une nouvelle aventure, celle de l’entreprenariat, espérons que cela soit concluant !!

Pour suivre les aventures de Yannick et Amandine :

Rendez-vous sur le theglobetour.com ainsi que sur leur page Facebook.

Date de publication : 27 aoû 2015

Autres articles sur le sujet

Tour du monde gourmand : présentation d'Agathe et Thoma
Tour du monde : présentation de Fabien et Marie
Récupérer ses taxes payées en Australie : le témoignage d’un PVTiste
Travailler avec des chiens de traîneau au Canada : une ancienne PVTiste raconte
Un an et demi autour du monde : portrait d’une baroudeuse
Voyager à travers l’Amérique du Sud : une globe-trotteuse raconte
Le retour en France après un PVT au Canada : témoignage d’un ancien PVTiste
Portrait d’une expatriée en Arménie
7 mois de PVT au Japon : le témoignage d’une jeune Française
Tour de l’Amérique du Sud : présentation d’Erwan et Eva
Rester au Canada après son PVT : une expat raconte
WHV en Australie : portrait d’une PVTiste française
Expatriation en Allemagne : une Française en VIA à Tübingen
Trouver un job au Canada : portrait d’un PVTiste au Québec
Vivre et travailler en Espagne : un Français expatrié à Madrid
Expatriation au Danemark : un Français en VIE à Copenhague
Un an autour du globe : portrait d’une aventurière sur le départ
Explorer l’Amérique Latine : portrait d’un PVTiste en Argentine
Travailler partout dans le monde : portrait d’une globe-trotteuse