Un an autour du globe : portrait d’une aventurière sur le départ

tour du monde

« C’était maintenant ou jamais ! » Laurence, qui rêvait depuis longtemps de faire un tour du monde, a trouvé le bon moment pour partir. À quelques semaines du départ, elle explique comment elle s’est préparée. Si Laurence a presque tout prévu, elle laisse toutefois un peu de place à l’inconnu !

 

Le déclic pour partir en tour du monde, c’était quoi ?

Je crois que depuis mon premier grand voyage en 2006 aux États-Unis, j’ai la passion du voyage. Depuis, j’ai toujours rêvé de parcourir le monde en découvrant de magnifiques endroits et des cultures différentes de la nôtre. En rencontrant des globe-trotters au cours de mes voyages ou en les accueillant chez moi via le couchsurfing, je m’abreuvais de leurs récits et l’idée de faire le tour de monde s’est renforcée. Le déclic s’est fait cette année, en avril. Lors de mon voyage au Mexique, j’ai rencontré Anna, une globe-trotteuse néo-zélandaise. N’ayant pas retrouvé d’emploi depuis mars dernier, je me suis dit que le moment était venu pour moi de franchir le pas : étant jeune, sans aucun engagement mais un peu d’argent de côté, c’était maintenant ou jamais. J’ai également été inspirée par Alexandre Villain, un bloggeur ayant fait le tour du monde en 2011 et qui a mis en ligne ses vidéos de voyage. Je me suis dit: « Je veux être à sa place ! »

Lone pine sanctuary, Brisbane, Australie
Lone pine sanctuary, Brisbane, Australie

Quel itinéraire as-tu prévu ?

Je pars le 2 novembre de Londres pour m’envoler vers l’Inde puis je parcours l’Asie du Sud-Est parfois avec mon amie Anna (elle terminera son tour de monde dans cette région du monde), parfois en solo. J’effectue une étape au Japon et dans l’île du Nord de la Nouvelle-Zélande. À partir d’avril, je suis de retour au Mexique, à Cancun puis je continue de descendre à travers l’Amérique Centrale et l’Amérique du Sud pour terminer mon périple en Floride avant de rentrer sur Londres le 15 octobre 2014, soit presque un an plus tard. Tout n’est pas encore bien défini, cela se fera au jour le jour et également au fil des rencontres.

Préparer ton périple : quelles ont été les principales étapes ?

La 1ère étape pour moi a été de définir mon itinéraire en fonction de mes envies mais aussi en fonction des saisons. C’est la partie la plus sympa à faire ! En me fixant quelques dates, j’ai pu ensuite prendre mes billets autour du monde, de continent à continent seulement, ce qui me laisse une marge de manœuvre d’une date à l’autre au sein d’un même continent. Vient également l’étape parfois longue et coûteuse de demandes de visas. Heureusement pour moi, je n’ai eu qu’à effectuer les demandes pour l’Inde et le Vietnam, les autres se feront sur place à la frontière ou à l’arrivée à l’aéroport. J’ai par la suite demandé mon permis international (gratuit), il peut toujours servir. En parallèle de lecture de guides touristiques ou de blogs histoire de me donner une idée de ce que j’aimerais voir ou faire et du temps que cela pourrait prendre, il faut penser à de nombreuses choses : l’assurance internationale, qui est primordiale pour tout voyage que ce soit, la partie santé avec des vaccins qui nécessitent parfois plusieurs injections ou rappels… Il s’agit également de savoir s’il est utile de souscrire à une nouvelle carte de crédit ou non, si on souhaite modifier ou suspendre son forfait téléphonique, etc. Enfin, à quelques semaines du départ, je me tourne maintenant vers l’équipement nécessaire à mon voyage. Par chance, j’avais déjà acheté pas mal de choses lors de voyages précédents mais tout de même, il faut bien se renseigner avant d’acheter et prévoir un budget en conséquence. Il ne restera plus qu’à organiser une petite soirée avec mes amis et ma famille !

Quels modes d’hébergement comptes-tu utiliser lors de ton voyage ?

Les deux modes d’hébergement que je vais privilégier seront : les auberges de jeunesse, car moins coûteuses que les hôtels et on y rencontre toujours pas mal de voyageurs et aussi le couchsurfing (hébergement gratuit chez l’habitant). J’adore vraiment ce mode d’hébergement car il y a un véritable échange de culture avec la personne qui nous reçoit, on découvre souvent davantage l’endroit dans lequel on se trouve avec un local. Par ailleurs, la gratuité de l’hébergement n’est pas négligeable dans un budget.

À ton retour en France, tu sais ce qui t’attend ou c’est l’inconnu ?

À mon retour, ce sera vraiment l’inconnu ! Je sais que je retournerai d’abord temporairement chez mes parents, simplement le temps de trouver un nouvel emploi. Par ailleurs, ce tour du monde me permettra d’approfondir mes connaissances de destinations touristiques demandées par les tour opérateurs pour qui je pourrais éventuellement travailler. Ce sera donc une expérience personnelle avec une petite note professionnelle !

Date de publication : 14 nov 2013

Autres articles sur le sujet

Tour du monde gourmand : présentation d'Agathe et Thoma
Tour du monde : présentation de Fabien et Marie
Tour du monde : témoignage à mi-parcours
Récupérer ses taxes payées en Australie : le témoignage d’un PVTiste
Travailler avec des chiens de traîneau au Canada : une ancienne PVTiste raconte
Un an et demi autour du monde : portrait d’une baroudeuse
Voyager à travers l’Amérique du Sud : une globe-trotteuse raconte
Le retour en France après un PVT au Canada : témoignage d’un ancien PVTiste
Portrait d’une expatriée en Arménie
7 mois de PVT au Japon : le témoignage d’une jeune Française
Tour de l’Amérique du Sud : présentation d’Erwan et Eva
Rester au Canada après son PVT : une expat raconte
Expatriation en Allemagne : une Française en VIA à Tübingen
WHV en Australie : portrait d’une PVTiste française
Vivre et travailler en Espagne : un Français expatrié à Madrid
Trouver un job au Canada : portrait d’un PVTiste au Québec
Expatriation au Danemark : un Français en VIE à Copenhague
Explorer l’Amérique Latine : portrait d’un PVTiste en Argentine
Travailler partout dans le monde : portrait d’une globe-trotteuse