Image d'introduction
Voici ce que vous devez faire dès votre arrivée à l'étranger, en tant que travailleurs expatriés
Date de publication
Texte d'introduction

Vous vous apprêtez à déménager à l’étranger pour raison professionnelle ? À la veille du départ, vous avez tout préparé. Vous avez rendu les clés de votre appartement, résilié votre assurance auto, souscrit une assurance santé internationale… Pourtant, votre expatriation ne s’arrête pas là. Une fois sur place, d’autres formalités nécessaires à votre intégration sont à prévoir. L’expatriation est un travail quotidien, mais qui est toujours récompensé par la richesse de ses expériences ! Ensemble, faisons le point.

Corps de l'article

Vous vous apprêtez à déménager à l’étranger pour raison professionnelle ? À la veille du départ, vous avez tout préparé. Vous avez rendu les clés de votre appartement, résilié votre assurance auto, souscrit une assurance santé internationale… Pourtant, votre expatriation ne s’arrête pas là. Une fois sur place, d’autres formalités nécessaires à votre intégration sont à prévoir. L’expatriation est un travail quotidien, mais qui est toujours récompensé par la richesse de ses expériences ! Ensemble, faisons le point.

Travailleurs expatriés, voici les démarches à effectuer dès votre arrivée à l'étranger

Qui sont les expatriés français ?

En 2017, on comptait 1 782 188 expatriés inscrits au Registre des Français établis hors de France. En estimant les expatriés non inscrits, le chiffre varie entre 2 et 2,5 millions. 51 % d’entre eux sont âgés de 26 à 60 ans et 61% des inscrits sont expatriés depuis plus de 5 ans. L’opportunité professionnelle est le 1er motif de départ chez les expatriés français (Source : Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, 2018).
 
Les expatriés français se rendent majoritairement dans les 6 pays suivants :
Suisse : 179 597 expatriés français
États-Unis : 157 849
Royaume-Uni : 140 224
Belgique : 124 978
Allemagne : 118 331

Expatriation : les démarches auprès des autorités locales

La 1ère chose à faire une fois arrivé est d’obtenir un titre de séjour. Celui-ci n’est pas nécessaire si vous déménagez au sein de l’EEE. Passé 5 ans de résidence et sous certaines conditions, vous obtiendrez même un titre de séjour permanent dans votre pays d’expatriation. Hors EEE, il faut vous adresser aux autorités locales (la police ou les services d’immigration). Si votre visa ne vaut pas pour permis de travail, il vous faut également en faire la demande sous présentation de justificatifs.
 
Vous devez ensuite vous affilier au régime de protection sociale local. En effet, en tant qu’expatrié vous perdez vos droits à l’Assurance maladie française. Vous devez donc vous rattacher au régime de protection sociale de votre pays d’accueil. Toutefois, il vous est toujours possible de renforcer votre assurance maladie par le biais de votre employeur… ou par vous-même. Vous disposez pour cela de 3 possibilités :
 

  • la souscription d’une mutuelle santé locale ;
  • la souscription d’une assurance internationale expatrié au 1er euro ;
  • l’affiliation à la Caisse des Français de L’Etranger CFE, accompagnée d’une assurance complémentaire.

 
Enfin, n’oubliez pas de vous identifier auprès de l’administration fiscale. Votre régime fiscal est défini selon votre résidence principale. Si vous avez le statut expatrié, vous dépendez alors de la fiscalité de votre pays d’accueil, sauf si votre famille (conjoint et enfants) continue d’être domiciliée en France pendant votre expatriation.
Toutefois, si certains de vos revenus restent de source française, ceux-ci relèvent de la fiscalité de l’Hexagone. Un grand nombre de conventions bilatérales sont prévues à ce titre, pour éviter des risques de confusion ou de double imposition.

Comment garder un lien avec la France ?

Inscrivez-vous auprès des services consulaires. L’inscription au Registre des Français établis hors de France vous permet de bénéficier de nombreuses facilités telles que :
 
Vos démarches administratives : renouvellement de vos papiers d’identité, demande de documents officiels ;
Une bourse pour la scolarité de vos enfants dans un établissement français à l’étranger ;
L’actualisation de vos informations : état civil, déménagement…
La protection consulaire en cas de besoin.
 
Sans compter que cela vous permet également d’être inscrit sur la liste électorale consulaire.  Vous pourrez ainsi voter aux élections présidentielles, européennes, aux législatives, participer à un référendum ou encore élire vos conseillers consulaires.

 

PENSEZ À L’ASSURANCE EXPATRIÉS

Vous êtes employeur ou salarié, et préparez un départ professionnel à l’étranger ? APRIL International accompagne les salariés expatriés dans le monde entier. Découvrez nos offres d’assurance expatriés adaptées à chacun. En fonction de chaque besoin (complément de la CFE, assurance au 1er euro, complément Sécurité sociale française...), obtenez un tarif sur mesure.

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Expatriation ou détachement