Image d'introduction
Brésil
Date de publication
Texte d'introduction

Plages de sable fin, couleurs du Carnaval de Rio et bossa-nova… Habiter au Brésil en fait rêver plus d’un, mais le système de santé national brésilien, lui, n’est pas toujours à la fête ! Théoriquement proche de la Sécurité sociale française sur ses principes, il s’avère très différent dans la pratique… Et si recourir aux soins privés y est courant, les conséquences financières sont à anticiper.

Corps de l'article

Brésil : un système de santé public universel et gratuit, mais qui a ses failles

Au Brésil, l’Assurance maladie que l’on appelle Sistema Unico de Saude (SUS) est universelle et gratuite. Elle repose sur un réseau d’établissements publics et privés sous contrat. 

Citoyens comme résidents bénéficient donc d’une prise en charge intégrale pour l’ensemble de leurs soins de santé. 

Pourtant, sur le terrain, les infrastructures restent limitées, très inégalement réparties et les délais d’attente de prise en charge peuvent durer parfois plusieurs mois faute de financement suffisant des équipements.

Si l’on souhaite être soigné rapidement et dans de bonnes conditions, le recours aux cliniques privées est donc très souvent inévitable.

Le système de santé privé le plus cher d’Amérique latine

À l’inverse d’une grande partie des hôpitaux publics, les cliniques privées brésiliennes jouissent d’une très bonne réputation, dépassant parfois celle de leurs voisins nord-américains. Une qualité de services qui se ressent tout autant dans la tarification des soins... 

Selon le Ministère des affaires étrangères français, comptez entre 45 et 190 € la consultation chez un généraliste à Brasilia, en moyenne 85 € pour un spécialiste à Rio et de 3 000 à 6 000 € (ainsi que le dépôt d’une caution) pour une intervention chirurgicale à Sao Paulo.

Sans compter qu’une journée d’hospitalisation peut être facturée plus de 1 000 € selon les établissements… 

>> Zoom sur le coût de la santé dans 5 régions du monde

Quelles options pour les expatriés au Brésil ?

Différentes modalités permettent d’être pris en charge en structures médicales privées :

  • Les plans de santé, assurés par un réseau de médecins affiliés, limité à des territoires définis ; 
  • L’autogestion, par laquelle certaines entreprises nouent directement des partenariats avec des établissements et des professionnels libéraux, pour la prise en charge de leurs salariés ;
  • Les coopératives médicales, auxquelles les patients ont accès via le versement d’une cotisation annuelle ;
  • L’assurance santé, dont la couverture étendue permet de recourir aux professionnels et aux établissements souhaités. Il peut s’agir d’une assurance brésilienne locale, ou d’une assurance santé internationale qui offre plusieurs avantages complémentaires (rapatriement sanitaire, couverture même en cas de déplacement à l’étranger, conseil et orientation médicale multilingue…).

Dans le cas des travailleurs détachés, la convention signée entre la France et le Brésil permet le maintien du régime français de Sécurité sociale. Pour autant, dans la mesure où le coût des soins privés dépasse largement les tarifs de remboursement français, la couverture complémentaire d’une mutuelle santé internationale reste nécessaire. 

>> Aller plus loin : Les garanties indispensables d’une bonne assistance rapatriement pour expatriés

Avec APRIL International, bénéficiez des meilleurs soins de santé, même au bout du monde

Expatriés ou salariés détachés, vous le savez : la qualité comme le coût des soins sont très inégaux en fonction des régions du monde. Et partir à l’étranger ne doit pas rimer avec insécurité. 

C’est pourquoi nous vous proposons une gamme variée d’assurances santé internationales adaptables à chaque projet de départ et chaque pays de destination. 

Titre articles poussés
En savoir plus sur : L'expatriation au quotidien