Image d'introduction
Backpacker dans la ville
Date de publication
Texte d'introduction

Aujourd’hui, les Français ont le choix entre 14 destinations dans le monde entier pour partir en PVT un an ou plus. Des opportunités de voyage et de travail à l’étranger qui répondent aux ambitions de nombreux PVTistes en herbe ! Et vous, quelles sont les vôtres ? Souhaitez-vous apprendre l’anglais ? Vous forger une expérience professionnelle ? Ou plutôt partir en road trip et vivre l’aventure ? Voici 3 points à prendre en compte avant de faire son choix.

Corps de l'article

Quotas PVT : des places parfois limitées

La première chose à savoir, c’est que tous les pays participants n’accueillent pas le même nombre de personnes chaque année. Seules l’Australie et la Nouvelle-Zélande acceptent un nombre illimité de PVT. Pour les autres destinations, les quotas varient : 

  • Corée du Sud, Singapour : 2000 places
  • Japon : 1500 places
  • Argentine : 1000 places 
  • Hong-Kong : 750 places
  • Taïwan, Brésil, Chili : 500 places
  • Colombie : 400 places
  • Mexique, Uruguay : 300 places 

Quant au PVT Canada, première destination des Français, les quotas changent tous les ans, voire en cours d’année. En 2019, le quota initialement prévu à 7150 places a en effet finalement été élargi à 15050 au mois de mai ! Et 2020, le quota annoncé est de 7 100 places.

Remplissez-vous les conditions requises pour partir en PVT ?

Lorsque ce ne sont pas les places, c’est l’âge qui est limité. Si vous avez plus de 30 ans par exemple, votre choix se résume à un PVT en Australie, au Canada ou en Argentine. Quant à Singapour, partir en PVT n’est plus possible passé 25 ans. 

Vient ensuite le financement de votre voyage. Votre billet d’avion et votre visa (lorsque celui-ci est payant) ne sont pas les seuls coûts à prévoir. Il vous faudra également justifier de capacités de financement, dont parfois celui de votre billet de retour. 

À titre d’exemple, il vous faut au minimum compter :

2500 $CA minimum pour le Canada (environ 1730 €) ;
4200 $NZ minimum pour la Nouvelle-Zélande (environ 2400 €) + un billet d’avion retour ; 
5000 AUD 3250 € pour l’Australie (environ 3000 €) + un billet d’avion retour.

Ajoutez également à cela les frais d’assurance maladie, rapatriement et hospitalisation

Et finalement, quels sont vos objectifs ?

Apprendre l’anglais ? Dans ce cas optez pour l’Australie, la Nouvelle-Zélande ou le Canada. Toutefois, pour le Canada, beaucoup choisissent de se rendre dans la province du Québec majoritairement francophone. Peu sont donc ceux qui reviennent bilingues, quand ils reviennent… En effet, le Canada offre souvent de belles opportunités professionnelles et un cadre de vie exceptionnel qui poussent beaucoup de PVTistes à demander leur résidence.

Pour parfaire son anglais, on optera donc davantage pour un PVT en Nouvelle-Zélande ou en Australie. Sans compter que ces deux destinations sont parfaites pour alterner les périodes de voyage et de travail ou pour s’initier au wwoofing.

Vous rêvez d’Amérique du Sud ? Il vous faudra déjà de solides notions d’espagnol ou de portugais pour décrocher un emploi. Mais c’est en Asie que la barrière de la langue sera finalement la plus compliquée. On privilégiera davantage ces destinations pour le voyage et non le travail.

N’oubliez pas de souscrire votre assurance PVT avec APRIL International !

Pour beaucoup de pays, l’assurance maladie, rapatriement et hospitalisation est indispensable pour décrocher votre PVT. Ce n’est pas le cas pour la destination que vous avez choisie ? Ne sous-estimez pas le coût des frais de santé à l’étranger. APRIL International vous assure dans votre pays de destination PVT et même au-delà !

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Programme Vacances-Travail