Image d'introduction
Auckland, Nouvelle-Zélande
Date de publication
Texte d'introduction

Il est rare qu’un PVT en Nouvelle-Zélande se limite à une seule destination. La plupart du temps, votre hébergement s’adaptera donc à vos déplacements. Parce que la Nouvelle-Zélande n’est pas nécessairement bon marché, il vous faudra également surveiller vos dépenses pour ne pas à avoir à écourter votre voyage, sans pour autant passer toutes vos nuits en camping ou à l’arrière d’un van. Pour cela, voici quelques conseils.

Corps de l'article

Location ou colocation en Nouvelle-Zélande, ce qu’il faut savoir

Si la location d’un appartement est tout à fait envisageable, elle n’est pas toujours bon marché. Comptez en moyenne 350$/semaine pour un T1 à Auckland ou dans la capitale Wellington. C’est pourquoi beaucoup de PVTistes se tournent vers la colocation, qui selon la localité, peut coûter deux fois moins cher !

Que vous optiez pour un appartement seul ou une colocation en Nouvelle-Zélande, les démarches sont les mêmes. Il vous faudra : 

  • Une pièce d’identité
  • Un RIB de votre compte en banque en Nouvelle-Zélande
  • Payer une caution, le Bond, équivalent à 2 ou 4 semaines de loyer
  • Avancer deux semaines de loyer (‘rent in advance’)
  • Et éventuellement vous acquitter des frais d’agence (‘letting fee’)


Pour trouver votre colocation, rendez-vous sur Trade Me ou Post a note, les deux principaux sites néo-zélandais de petites annonces. Privilégiez les logements furnished, c’est-à-dire meublés et avec un periodic term, un bail temporaire de 6 mois avec préavis de 3 semaines.

Séjourner dans un backpacker ou Working Hostel

En Nouvelle-Zélande, le terme backpacker fait référence aux auberges de jeunesse. Pour les petits budgets, préférez un lit en dortoir à une chambre privée. Vous devriez trouver des offres comprises entre 90 et 180$ la semaine selon votre destination. BBH et YHA sont deux chaines proposant des hébergements en auberge de jeunesse dans tout le pays.

Autre solution, le Working Hostel, une auberge de jeunesse qui vous met en contact avec les recruteurs de la région. En échange, vous vous engagez à loger chez eux le temps de votre contrat de travail.

Être hébergé sur son lieu de travail : HelpX, WWOOFing et Work for accommodation

Le principe est simple : travailler dans une exploitation agricole, jardiner, ou encore faire quelques travaux de bricolage en échange d’un logement chez l’habitant. Le gîte et le couvert sont donc offerts, mais attention, vous ne serez pas rémunéré pour vos heures de travail. 

Vous pouvez également reproduire ce schéma en auberge de jeunesse. Il n’est pas rare que les établissements aient besoin d’un coup de main tant pour l’accueil que l’entretien des locaux. Vous serez donc logé à l’œil en échange de quelques heures de votre temps. 

Et pour les plus aventureux, il reste bien évidemment le bivouac en tente ou dans un van. Une solution économique en cas de road trip, mais peu viable à long terme.

Votre PVT en Nouvelle-Zélande en poche avec APRIL International

Mais avant toute chose, il vous faut décrocher votre visa ! Comme pour le Canada, la Nouvelle-Zélande exige à chaque voyageur de souscrire une assurance maladie, rapatriement et hospitalisation. Accompagnant des pvtistes dans le monde entier, APRIL International vous propose une assurance PVT 100% adaptée aux exigences des autorités kiwis !

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Programme Vacances-Travail