Image d'introduction
Export : pour bien s'implanter en Chine, maitrisez les codes du business !
Date de publication
Texte d'introduction

Avec ses entreprises aux chiffres d’affaires mirobolants, la Chine est un carrefour stratégique du commerce international. Un challenge attirant pour bon nombre d’entreprises françaises, qui misent sur un développement de leur marque dans l’Empire du Milieu. Mais si le marché semble à première vue prospère, il ne faut pas en oublier pour autant les codes du business en Chine, indispensables à la pérennisation d’une activité d’exportation.

Corps de l'article

Les réalités du marché français en Chine

La Chine, nouvel eldorado du marché international ? Pas si sûr… En 2017, seulement 40 % des entreprises françaises implantées sur le territoire chinois ont réalisé des bénéfices. Les causes d’échec sont multiples : investissement dans un marché déjà saturé, mauvaise appréhension de la culture ou des réels besoins des consommateurs…

Pour autant, le marché chinois reste friand des marques françaises, souvent synonymes de qualité, de raffinement et de luxe. Certaines niches sont extrêmement porteuses, et le pays commence à consommer à l’occidentale, permettant l’essor de nouveaux produits sur le marché.

Dans tous les cas, l’export vers la Chine nécessite une réelle prospection sur le terrain, et un intérêt développé pour les us et coutumes locaux. Les missions régulières sur place sont donc essentielles à la réussite du business.

> En savoir plus : Expatrié ou détaché : quel statut pour le salarié à l’étranger ?

Export en Chine : les points à ne pas négliger

Avec la mondialisation, nous avons tendance à penser que l’anglais est suffisant pour traiter à l’international. Pourtant, même si dans le monde du travail, bon nombre de Chinois maîtrisent parfaitement la langue de Shakespeare, beaucoup de conversations et d’échanges se font en mandarin. La solution ? Faire appel à un interprète, ou investir dans une formation linguistique accélérée…

Établir des relations professionnelles en Chine suppose également de déployer une considérable énergie, surtout lors du développement de son entreprise. Il ne faut pas redouter de passer quelques nuits blanches ou week-ends entiers à rédiger de nombreux documents administratifs, ou liés à l’aspect marketing ou financier du business. Pour gagner du temps, n’hésitez pas à mobiliser les réseaux institutionnels français présents sur place.

Enfin, il faut savoir que les Chinois ne sont pas des adeptes des conversations par emails, et privilégient les échanges via WeChat, une plateforme de messagerie vocale et textuelle similaire à Skype.

Pour aller plus loin : Employeur expatrié, quel contrat de travail ?

 

Expatriés, en mission ou en détachement : comment bien assurer vos salariés à l’étranger ?

Chez APRIL International, nous vous proposons des solutions d’assurance pour protéger vos salariés, adaptées à vos besoins. Mission ponctuelle de moins de 3 mois consécutifs, mission récurrente jusqu’à 180 jours par mois ou envoi d’un salarié expatrié à l’étranger : nos formules vous permettent de faire face aux imprévus lors de leurs déplacements professionnels.

Nos équipes multilingues APRIL International sont là pour répondre à toutes vos questions !

Titre articles poussés
En savoir plus sur : S’implanter à l’étranger