Image d'introduction
Focus sur le contrat de travail à Singapour
Date de publication
Texte d'introduction

Près de 15 000 Français sont inscrits au registre du Consulat de Singapour. Le dragon d’Asie attire en effet de plus en plus les ressortissants de l’Hexagone, qui s’y expatrient notamment pour y travailler. Et en matière d’emploi, Singapour promet à ce titre aussi un vrai dépaysement. Exit les 3000 pages du Code du travail français : un visa et quelques clauses contractuelles suffisent à encadrer les relations de travail.

Corps de l'article

Les spécificités du visa de travail à Singapour

À Singapour, contrat de travail rime avec visa comme dans de très nombreux pays. Mais la particularité singapourienne réside dans le fait qu’un visa travail est toujours lié à un employeur spécifique. En cas de rupture du contrat, le visa n’est plus valide, et doit être renouvelé à l’occasion de chaque embauche.

Soucieuse d’encadrer le recours à la main-d’œuvre étrangère, l’administration singapourienne distingue plusieurs catégories de visas de travail, applicables en fonction du niveau de qualification et de revenus de chaque candidat. Certains sont soumis à quota, et ils conditionnent différemment la possibilité offerte à leurs détenteurs de faire venir leur conjoint et leurs enfants à charge, voire leurs parents.

Seul le visa Personalised Employment Pass est délivré de façon personnelle, et n’implique donc pas d’être renouvelé à chaque nouvel emploi : mais il suppose de justifier d’au moins 18 000 SGD de revenus mensuels (soit environ 12 000 €), ou de 12 000 SGD (7600 €) si le demandeur est déjà détenteur d’un visa de travail classique.

Un droit du travail minimaliste

Le cadre des relations de travail singapouriennes est essentiellement contractuel. Seul l’Employment Act participe à les réglementer (temps de travail limité à 8 heures par jour et 40 heures par semaine, congés payés minimaux de 14 jours pour les contrats d’1 an etc.), mais il ne s’applique pas aux cadres, aux salariés soumis à des obligations de confidentialité ou encore aux fonctionnaires.

Une grande flexibilité est donc laissée aux employeurs et aux salariés pour définir les modalités de leur collaboration. Ils ont d’ailleurs la possibilité de rompre le contrat les liant à tout moment, moyennant une durée de préavis convenue entre eux.

Les sociétés internationales offrent en général une vingtaine de jours de congé par an, auxquels s’ajoutent les jours fériés nationaux. Les salariés bénéficient assez souvent de 14 à 60 jours de congé maladie par an, selon la gravité du problème de santé.

Protection sociale des salariés et assurance santé à Singapour

Pas de différence entre revenus nets ou bruts pour les salariés non résidents permanents à Singapour ! Votre salaire mensuel n’est tronqué d’aucune charge sociale, ni salariale, ni patronale. Et pour cause : le système singapourien ne vous propose pas de protection sociale.

Les résidents permanents bénéficient pour leur part du Medisave : ce système est basé sur un principe d’épargne obligatoire proportionnelle au salaire perçu, qui abonde le Central Provident Fund. Cette épargne finance les frais de santé et de retraite des épargnants. Les Singapouriens ont aussi la possibilité de souscrire une assurance complémentaire privée, leur permettant d’être remboursés en cas de soins délivrés par des cliniques privées.

Mais les non-résidents n’ont pas accès à ce dispositif : la souscription d’une assurance santé internationale est donc incontournable (et indispensable pour l’obtention de certaines catégories de visa de travail). D’autant que si Singapour dispose d’un des meilleurs systèmes de santé au monde, le coût des soins y est relativement élevé. Comptez par exemple environ 2200 SGD en cas de prise en charge d’une fracture du bras en hôpital public conventionné, et jusqu’à 8500 SGD en clinique privée.

> Bon à savoir : le site du Ministère de la santé singapourien permet d’évaluer et de comparer le coût de nombreux soins hospitaliers.

>> Aller plus loin : Les 7 erreurs à éviter lorsque l’on choisit une assurance santé à Singapour

Expatrié ou résident permanent à Singapour, découvrez notre solution santé internationale sur mesure

MyHEALTH Singapour d’APRIL International rembourse vos différents postes de dépenses de santé à Singapour : hôpital et chirurgie, médecine ambulatoire, maternité, dentaire, optique… Vous avez la possibilité de choisir entre 3 niveaux de garanties, profitez de services de tiers-payant au sein de notre réseau médical asiatique, et vous restez couvert même si vous voyagez dans un autre pays.
 
3 clics suffisent pour nous permettre de calculer votre tarif directement en ligne.

Titre articles poussés
En savoir plus sur : S’implanter à l’étranger