Image d'introduction
etablissements santé en afrique
Date de publication
Texte d'introduction

Habitués à bénéficier de services de santé modernes, les expatriés européens peuvent facilement se retrouver déboussolés une fois arrivés en Afrique subsaharienne, où les pratiques en matière de santé, comme la qualité des systèmes médicaux, s’avèrent très inégales d’un pays voire d’une région à l’autre. Mais de nombreuses solutions permettent de gagner en sécurité.

Corps de l'article

Expatriés en Afrique subsaharienne : des infrastructures médicales locales à trier sur le volet

Manque de moyens, de personnel ou tout simplement de capacité, les établissements médicaux africains sont en général insuffisamment dotés pour faire face aux besoins de leur population. Sur les 11 780 hôpitaux jugés les plus efficaces au monde, seuls 100 sont africains, et l’Afrique centrale comme l’Afrique de l’Ouest n’y sont quasiment pas représentées (1) … 

Afin de trouver les établissements les mieux équipés, il est très souvent indispensable de se déplacer dans les capitales. Et de s’adresser à des structures de santé privées, qui disposent généralement de davantage de moyens, ainsi que d’un personnel médical parfois anglophone et formé à l’étranger. 
Mais, en fonction des besoins de santé, ces établissements privés ne disposent pas toujours des plateaux techniques ni des compétences adaptées : il peut alors s’avérer nécessaire de traverser la frontière et de rejoindre un pays voisin, voire plus lointain, pour se faire soigner.

Évacuation sanitaire et rapatriement d’Afrique : parfois la meilleure option pour les expatriés

Si l’Afrique du Nord et l’Afrique du Sud comptent un certain nombre de centres médicaux de renommée, il n’en est donc pas de même pour le reste de l’Afrique subsaharienne. 
Dans certains cas, et si l’état du patient le permet, il n’est pas rare que ce dernier soit évacué vers un pays voisin mieux équipé, par exemple :

  • en Afrique du Sud ou au Maroc qui comptent en général davantage d’hôpitaux
  • au Sénégal, dont le nouveau centre cardio-pédiatrique Cuomo de Dakar est réputé
  • en Côte d’Ivoire, pour profiter de son pôle d’excellence en greffe rénale situé à Dakar
  • Au Congo, dont l'hôpital du Cinquantenaire de Kinshasa a été récemment modernisé
  • En Guinée, dont l'hôpital national Donka, à Conakry, a lui aussi bénéficié d’une rénovation et d’un ré-équipement de pointe

Il peut même être décidé de rapatrier le patient dans son pays d’origine afin qu’il reçoive les soins nécessaires dans les meilleures conditions possibles. De tels transferts – souvent effectués en avions médicalisés – peuvent coûter très cher. Il est donc essentiel d’être couvert par une assurance santé internationale prenant en charge ces interventions de rapatriement et d’évacuation.

♦ À lire aussi : Comment fonctionne la garantie rapatriement d’une assurance santé internationale ? 

La téléconsultation médicale : une autre solution adaptée aux expatriés en Afrique

De plus en plus utilisée, la téléconsultation constitue une alternative à la fois pratique et sûre pour les personnes expatriées. C’est tout d’abord un véritable avantage dans la mesure elle permet de consulter un médecin à distance pour des soins courants (renouvellement d’ordonnances, questions de routine, etc.), sans avoir à se déplacer dans un centre local de santé. 

Elle facilite également la communication puisque l’on peut échanger avec des professionnels médicaux parlant sa propre langue, capables de donner un second avis médical, d’orienter le patient vers un centre local compétent, voire même d’échanger eux-mêmes avec les médecins locaux.

 En savoir plus : Téléconsultation : quels avantages pour les expatriés ?

Expatriation en Afrique : une couverture santé complète avec APRIL International

L’importance d’une bonne assurance prend tout son sens en Afrique, où la qualité des infrastructures médicales n’est pas toujours au rendez-vous. APRIL International l’a bien compris et propose aux expatriés une couverture santé internationale particulièrement adaptée à leurs besoins. Elle inclut notamment la téléconsultation, l’évacuation sanitaire dans un pays tiers, le rapatriement vers le pays d’origine, et la prise en charge des frais d’hospitalisation dans les établissements (privés ou non) des autres pays de la région.


(1) Pierre Jacquemot, Les systèmes de santé en Afrique mis à l’épreuve, Policy center for the new South, avril 2020.
 

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Santé des expatriés