Image d'introduction
Voyageurs en Argentine
Date de publication
Texte d'introduction

Près de 15 000 Français résident en Argentine. Qu’ils soient étudiants, salariés ou retraités, de passage ou installés à long terme, ces expatriés bénéficient tous du système de santé local ;  un système qui, malgré des crises économiques récurrentes et une inflation record année après année, permet la couverture universelle de soins de qualité. Pour autant, face à la saturation des établissements de santé publics ou conventionnés, beaucoup doivent se tourner vers le secteur privé…

Corps de l'article

Un système de soins argentin organisé en 3 piliers

Le système de santé argentin a été réformé en profondeur à partir des années 2000, dans l’objectif d’offrir à toute la population une couverture médicale gratuite minimum. Celle-ci opère à travers deux systèmes : 

  • le système historique d’Assurance maladie professionnelle, abondé par les cotisations des employeurs et des salariés et géré par des caisses dédiées, les obras sociales. Maillon essentiel d’accès à la santé jusqu’à la mise en place de la couverture maladie universelle, elles ont permis le développement d’un vaste réseau d’établissements hospitaliers conventionnés dont l’accès est réservé aux cotisants salariés, argentins ou expatriés. 
  • le système de soins public, accessible à tous, Argentins et autres résidents, même temporaires, en vertu du dispositif de couverture médicale universelle du pays qui a été instauré en 2017. Les établissements publics hospitaliers assurent à ce titre gratuitement les consultations, les hospitalisations, les soins dentaires, les prothèses ou encore les soins palliatifs et de réadaptation. L’assuré doit par contre payer une partie non négligeable de ses médicaments : 30 % du prix pour des médicaments liés à des maladies chroniques, et jusqu’à 60 % pour ceux d’usage courant.


Ces deux piliers permettent donc de couvrir de façon efficace l’ensemble de la population résidant en Argentine, qui plus est grâce à des établissements de haute qualité, les meilleurs d’Amérique latine. Pour autant, ils font face à une saturation structurelle par manque de moyens : les délais d’attente de prise en charge y sont souvent extrêmement longs, même en cas d’urgence

Une problématique qui conduit certains Argentins, et la plupart des expatriés, à mobiliser un 3ème pilier d’accès aux soins : le système de santé privé

> À lire aussi : Baromètre - Les enjeux de santé des expatriés

L’assurance santé privée : un opérateur à part entière du système de soins en Argentine

En effet, en Argentine, l’assurance santé privée ne constitue pas une garantie complémentaire, prenant en charge le ticket modérateur des patients, mais bien une solution alternative au système de santé public ou conventionné, permettant de pouvoir accéder au besoin à d’autres établissements de santé.

Elle permet de pouvoir accéder aux établissements hospitaliers privés, plus disponibles et mieux équipés, et de bénéficier du remboursement des soins prodigués, au coût souvent élevé. 

Autre avantage du système privé : la possibilité de consulter des médecins généralistes ou spécialistes en cabinet libéral, accessibles uniquement à travers le cadre hospitalier dans le public ou le système conventionné des obras sociales.

> Bon à savoir : l’ambassade française à Buenos Aires tient à disposition des expatriés une liste de notoriété médicale qui comprend des médecins francophones privés. 

APRIL International : des formules d’assurance santé tout confort pour les expatriés en Argentine

Bien que le système public de santé soit accessible à tous, de nombreux expatriés en Argentine préfèrent bénéficier d’une assurance santé privée adaptée à leurs besoins. En choisissant l’assurance santé d’APRIL International, au lieu d’une assurance locale, ils profitent de plus de nombreuses prestations indispensables : couverture de leurs dépenses de santé quel que soit le pays, rapatriement sanitaire et assistance, ou encore service de téléconsultation médicale 100 % gratuite. 

Titre articles poussés
En savoir plus sur : Santé des expatriés