Choisir une mutuelle santé avant de s’installer au Mexique

Choix d'une mutuelle santé avant de s'installer au Mexique

« Cela fait plusieurs années que j’ai envie d’aller travailler à l’étranger, et je viens juste de décrocher un nouvel emploi à Mexico. Dans le cadre de mon expatriation, je me demande quelle mutuelle choisir avant de partir m’installer là bas. Le système de santé mexicain est-il efficace et suffisant pour un salarié ? Ai-je besoin de souscrire en complément une mutuelle santé internationale ? »

Notre réponse à la question de Rémy, un futur expatrié.

Comment fonctionne le système de santé au Mexique ?

Au Mexique, tous les salariés, qu’ils soient étrangers ou non, bénéficient de la Sécurité sociale. Appelée IMSS (Instituto Mexicano del Seguro Social), celle-ci couvre vos frais d’hospitalisation, vos soins médicaux, vos opérations médicales ainsi que l’achat de vos médicaments. En cas d’arrêt de travail suite à une maladie ou un accident, elle vous verse une partie de votre salaire pour une durée maximum de 52 semaines.

En général, c’est votre employeur qui se charge d’effectuer votre inscription. Dans le cas contraire, vous pouvez réaliser la démarche vous même auprès de l’IMSS. Gratuite pour les personnes au salaire minimum, elle nécessite par contre une cotisation mensuelle d’environ 10 % du salaire pour les personnes au niveau de vie plus élevé.

Cependant, il est important de noter que les dépenses de santé ne sont couvertes par l’IMSS que si elles sont effectuées dans les hôpitaux publics, et non pas dans les cliniques privées.

> Pour aller plus loin : L’organisation du système de santé au Mexique

L’intérêt d’une assurance santé complémentaire pour les expatriés au Mexique

Même si au premier abord l’IMSS peut sembler suffisante, il faut savoir que le système de santé mexicain présente encore à l’heure actuelle certaines carences. Ainsi, la qualité des soins dispensés dans les hôpitaux publics mexicains n’est pas toujours équivalente à celle à laquelle nous sommes habitués en Europe.

Une alternative consiste à se faire soigner en clinique privée, mais attention à leur prix ! Car si une consultation en établissement public coûte environ 30 pesos (1 €), les soins en clinique privée sont bien plus élevés ! Ils doivent être payés en avance et s’avèrent onéreux : 1 000 € pour une journée d’hospitalisation, 10 000 € pour un rapatriement vers la France !

Ainsi, et comme le recommande le Ministère des Affaires Etrangères, il est fortement conseillé de souscrire une mutuelle complémentaire, afin de couvrir vos éventuelles dépenses de santé. D’autant plus que le Mexique présente plusieurs risques sanitaires qui supposent d’être bien pris en charge (dengue, paludisme, maladies transmises par les insectes, accidents dus aux évènements climatiques etc.).

> En savoir plus : Les risques sanitaires et les vaccins au Mexique

Quelle assurance choisir pour s’installer au Mexique ?

Avant de partir à l’étranger, les Français peuvent s’inscrire à la CFE, la Caisse des Français de l’Étranger. Celle-ci vous permet alors de conserver vos droits à l’Assurance maladie, même pendant votre expatriation.

Dans tous les cas, pour bénéficier des meilleurs soins durant votre installation au Mexique, il est recommandé de souscrire une assurance expatrié complémentaire avant votre départ. Spécialement conçue pour les personnes effectuant un séjour long à l’étranger, elle permet d’accéder à des soins de bonne qualité sans avoir à débourser des sommes astronomiques.

Privilégiez donc les contrats incluant le rapatriement, le remboursement de vos consultations chez le généraliste ainsi que les frais plus spécifiques comme les soins dentaires ou optiques. Si vous nécessitez des soins de santé particuliers, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre assureur pour choisir le contrat le mieux adapté à vos besoins.

Date de publication : 18 Décembre 2017

Autres articles sur le sujet

Voyage professionnel à l’étranger : et si vous optiez pour le e-visa ?
Quel pays choisir pour s'expatrier ?
Bien préparer son expatriation à Casablanca
Focus sur les primes d’expatriation ou de mission à l’étranger
Mobilité internationale : comment bien négocier son départ ?
Travail à l’étranger : quelles incidences sur votre retraite ?
Fiscalité : quels points de vigilance en cas d'expatriation ?
Expatriés : quelles assurances résilier avant votre départ ?
Seniors expatriés : comment toucher votre retraite à l’étranger ?
Transporter ses effets personnels à l'étranger : comment faire ?
Impôts payés à l’étranger : comment obtenir un remboursement de taxes ?
Retraite à l’étranger : les meilleures destinations
Décrocher la résidence permanente au Canada via Entrée express
Suivre son conjoint à l’étranger : la démission légitime
Scolarité des enfants à l’étranger
Le recours à une agence de relocation vu par un expat à Londres
Les établissements scolaires français à l’étranger en 4 questions
Longs voyages : 3 façons de quitter son job sans démissionner
Résidence permanente en Australie : comment l’obtenir ?
Stocker ses biens pendant son séjour à l’étranger : mode d’emploi
Entreposer ses affaires : le stockage mobile vu par un expat
Les services de relocation en 4 questions
5 conseils pour ouvrir un compte bancaire à l’étranger
S’établir au Québec grâce au Programme de l’Expérience Québécoise (PEQ)
3 façons de décrocher une carte verte américaine
10 idées de jobs pour les globe-trotters
Travailler au Canada : décrochez votre permis de travail !
Faire légaliser des documents
Classement des villes les plus chères pour les expatriés
Expatriation : choisir un pays où il fait bon vivre
Expatriés français : quelles destinations, quels profils ?
La fiscalité des expatriés
Check list de l'expatriation
Bien préparer son déménagement à l'international