Vivre en famille sur les routes du monde : le défi de la Family Coste !

Family Coste

Depuis 2016, la famille Coste a décidé d’opter pour « mode de vie extraordinaire » : sillonner les routes du monde à bord de Liberty (une caravane) et No limit (un pick-up). Avec leurs deux enfants, Audrey et Sébastien voyagent ainsi toute l’année tout en partageant leurs aventures sur leur chaîne YouTube. Nous avons fait connaissance...

 

Voilà déjà plus d’un an que vous avez opté pour un mode de vie 100 % nomade… Quel a été le déclencheur de ce désir de vivre autrement, en famille ?

enfants sur la plage

En effet, le temps passe bien vite. La décision d’opter pour ce nouveau mode de vie, tout à fait nouveau pour nous, a été assez soudaine. Nous vivions à Montréal depuis un an et n’avions pas réussi à obtenir notre résidence permanente. Un soir, des amis sont venus à la maison et nous avons une fois de plus refait le monde autour du feu de cheminée. Très rapidement, l’idée de partir vivre en caravane est arrivée. La semaine suivante, nous partions tous les quatre et deux semaines plus tard nous achetions Liberty, une caravane américaine.
 

Votre métier ? Vlogueurs ! Vous nous expliquez ? 

C’est exactement ça, même si nous n’aimons pas beaucoup nous mettre dans une catégorie. Lors de cette soirée avec nos amis l’idée la plus folle ne fut pas de décider de partir vivre en caravane mais plutôt de partager cette aventure sur des réseaux sociaux et, sous un an, d’en vivre. Le pari était osé mais après un an et demi d’efforts continus nous avons commencé à vivre de nos vidéos. Une fois par semaine nous partageons nos coups de cœur, nos visites, nos rencontres, les bons comme les mauvais moments de cette vie itinérante, de cette vie dans des pays qui nous étaient jusque-là inconnus.
 

Vous ne savez pas forcément où vous serez dans les 6 prochains mois… Mais depuis le début de votre aventure, quelles régions du monde avez-vous découvert avec vos enfants ? 

C’est vrai, nous ne savons pas où nous serons dans six mois, et à vrai dire, parfois même pas la semaine suivante. C’est à la fois excitant et inquiétant. Nous voyageons très lentement, c’est un changement de mode de vie avant d’être uniquement un voyage. Depuis notre départ du canada nous avons traversé toute la côte est des États-Unis, pendant six mois. C’est là que nous nous sommes rendu compte à quel point ce mode de vie nous convenait à tous les quatre. Nous avons adoré. Nous sommes descendus jusqu’en Floride où nous avons passé notre premier hiver au chaud. Nous sommes ensuite remontés jusqu’à Detroit où une petite surprise nous attendait et nous sommes redescendus jusqu’au Texas. Nous avons visité les principales grandes villes comme Boston (un vrai coup de cœur), New-York, Philadelphie, Washington, mais ce que l’on a préféré ce sont les endroits perdus en pleine nature, au bord de l’eau ou sous des arbres centenaires. Nous avons beaucoup aimé Cap Cod, la petite ville de Charleston, la beauté sauvage des Everglades, et se baigner dans les eaux chaudes des Springs. 
 
Puis arriva le Mexique, en mars 2017. Nous n’avons pas cessé d’être surpris par ce pays, d’une richesse culturelle incroyable. Des montagnes, des volcans, des jungles, des plages turquoises, des baleines et tortues, des oiseaux époustouflants, des cascades aux couleurs turquoises… et, la gentillesse des habitants. Nous sommes tombés amoureux de ce pays.
 
 
Dans quelques semaines nous partons à la découverte des îles des Caraïbes (Cuba, la Jamaïque et les Îles Caïmans) et sommes vraiment impatients aussi. Notre premier périple au Mexique se termine bientôt. La prochaine étape ce sera le Belize puis le Guatemala, des pays qui, je pense, devaient beaucoup nous plaire aussi.
 
  enfant et singe
 

Pour vous loger et vous déplacer au quotidien, vous comptez sur Liberty et No limit… Vous nous expliquez (oui, encore !) ?

No limit et Liberty font partie intégrante de l’aventure. Les compagnons de la première heure ont pu nous suivre au fil des semaines et ont assisté à nos longues recherches pour trouver le pick up parfait, mais aussi à l’arrivée de Liberty chez nous. Lorsque nous avons commencé à partager notre aventure, nous n’avions rien, physiquement, mais beaucoup de rêves et d’espoir et nous les avons toujours partagés. 

Caravane et pick-up

Alors du coup comment fonctionnons-nous au quotidien ? C’est assez simple. Nous avons fait le choix d’une caravane et non d’un camping-car comme beaucoup pour une raison simple. Nous allons très lentement. Nous nous posons généralement au moins une semaine quelque part. Liberty ne bouge pas, et nous rayonnons autour avec No limit. Que ce soit pour aller faire de grosses courses, pour aller visiter un site touristique ou encore un coin perdu… c’est avec No limit. C’est un énorme avantage, et pour avoir testé le camping-car pendant plusieurs mois, le mode de vie que nous avons ici colle parfaitement avec le choix que nous avons fait. Le reste du temps nous profitons de l’endroit où nous sommes. Je vous écris d’ailleurs depuis la plage à Puerto Morelos, sur la côte Caraïbes. Les enfants dorment et nous sommes installés confortablement dans Liberty, la plage de sable fin juste en face. C’est une maison classique, petite, mais très fonctionnelle, et qui a simplement des roues en plus finalement.

Vos 3 conseils pour voyager et vivre à l’étranger en famille ? 

C’est une excellente question. Pour des gens qui auraient peut-être des appréhensions, et bien je dirais que la première chose est de se lancer, parce qu’à partir du moment où l’on essaie, on ne peut pas le regretter. Nos angoisses sont très souvent infondées et l’on ne peut qu’être agréablement surpris. Notre deuxième conseil serait, dans un cas comme le nôtre, d’accepter de vivre dans la promiscuité, 24 heures sur 24 tous ensembles. Un bon exercice pour voir si cela est possible est de commencer à passer tout son temps ensemble pendant des mois dans un lieu plus grand pour ensuite passer sans mal à un espace plus restreint. Le manque d’intimité peut parfois être terrible. Ce qui m’amène à préciser qu’il faut accepter d’être loin de la famille, ce qui n’est pas évident pour tout le monde. Vivre en tant que nomade implique que nous n’avons pas de relai avec nos enfants, jamais, et qu’il faut trouver un équilibre pour que cela fonctionne. Une fois que c’est le cas on peut pleinement profiter de ce mode de vie extraordinaire. 
 
famille coste

 

Pour ne rien manquer des aventures de la Family Coste : 

 
Rendez-vous sur www.familycoste.com et suivez-les sur YouTube, Instagram, Facebook et Twitter !
 

 

 

 

 

APRIL INTERNATIONAL SPONSORISE DES VOYAGEURS

Vous avez un projet de voyage original ? Vous disposez d'une présence digitale ? Et si on devenait partenaires ?

 

Date de publication : 6 Février 2018

Autres articles sur le sujet

PVT en Nouvelle-Zélande de Judicaëlle & Clément : top départ !
Travailler en voyageant : les conseils d'un digital nomad
Road trip sportif en Europe : présentation d’Emie et Alexy
Le tour de l’Amérique du Sud de Patrick & Cécile : entre aventure et solidarité
Tour du monde gourmand : présentation d'Agathe et Thoma
Tour du monde : présentation de Fabien et Marie
Tour du monde : témoignage à mi-parcours
Récupérer ses taxes payées en Australie : le témoignage d’un PVTiste
Travailler avec des chiens de traîneau au Canada : une ancienne PVTiste raconte
Un an et demi autour du monde : portrait d’une baroudeuse
Voyager à travers l’Amérique du Sud : une globe-trotteuse raconte
Le retour en France après un PVT au Canada : témoignage d’un ancien PVTiste
Portrait d’une expatriée en Arménie
7 mois de PVT au Japon : le témoignage d’une jeune Française
Tour de l’Amérique du Sud : présentation d’Erwan et Eva
Rester au Canada après son PVT : une expat raconte
Expatriation en Allemagne : une Française en VIA à Tübingen
WHV en Australie : portrait d’une PVTiste française
Vivre et travailler en Espagne : un Français expatrié à Madrid
Trouver un job au Canada : portrait d’un PVTiste au Québec
Expatriation au Danemark : un Français en VIE à Copenhague
Un an autour du globe : portrait d’une aventurière sur le départ
Explorer l’Amérique Latine : portrait d’un PVTiste en Argentine
Travailler partout dans le monde : portrait d’une globe-trotteuse